Cours de Japonais 1

Apprendre le japonais était une de mes priorités cette année… Je vous en avais surement déjà parlé dans ce post-ci, où j’énumérais tous les endroits probables où apprendre cette merveilleuse langue.

Dans mon calcul, j’ai fatalement oublié une école – celle où je me suis finalement rendue – La Faculté de traduction et d’interprétation de l’université de Mons – L’EII.

Tous les vendredis (mon jour saint), je me rends donc de 9 heure à 11 heure pour suivre les cours de « Civilisation Japonaise » et « Initiation à la langue japonaise », en tant qu’auditrice libre.

J’y suis depuis deux semaines et je dois dire que j’y ai beaucoup appris. Je vais donc partager avec vous, débutants dans cette langue, quelques conseils d’apprentissage que l’on m’a généreusement confié, afin d’apprendre plus facilement et d’éviter des erreurs basiques du début.

Le premier cours a présenté les différents alphabets (Kana (qui se compose des Katakana et des Hiragana), Kanji, Romanji) ainsi que leurs utilisations diverses). Je me concentrerais ici plus particulièrement sur les KANA, matière que j’ai pu étudier à ce jour.

Les kana sont, par définition, un principe d’écriture basé sur le fait que chaque caractère représente un son particulier dans la langue japonaise (une more). Chaque kana est donc soit une voyelle (un « a » par exemple), une syllabe (ex : « ka »), ou un « n », un cas particulier de sonorité nasale qui, dépendant du contexte, diffère. (Source : Wiki)

La principale différence entre les deux alphabets, katakana et hiragana, est leur usage. En effet, de manière générale, on utilise clairement les Hiragana pour les mots natifs de la langue japonaise. Les katakana sont eux, par opposition, préférés pour des mots étrangers « traduits » en japonais. Prenons ainsi pour exemple le mot tabemono (signifiant nourriture et n’étant pas importé d’une autre culture), va ainsi s’écrire en hiragana, comme ceci, たべもの, et on va préférer pour le mot steak (un anglicisme) une écriture en katakana ステーキ (sutêki).

L’apprentissage des deux alphabets est long et un peu difficile car il ne repose sur rien de familier, pour nous, européens et plus précisément francophones. Mais cependant, il y a certaines astuces à prendre en compte afin de vous faciliter la vie.

Conseil n°1 :
Lors de mon apprentissage, on m’a confié qu’il était plus intelligent d’apprendre les deux syllabaires à la fois. Au lieu d’apprendre tous les hiragana, en premier lieu, puis de se lancer dans les katanaka ensuite ou inversement, il est préférable d’associer les deux.
Si vous étudier le son « a », vous aurez donc ce réflexe d’apprentissage :

(Note : On remarque à cette étape que le syllabaire en Katakana est une forme beaucoup plus simple, beaucoup plus allégée en comparaison à celle des hiragana, qui la plus part du temps n’a rien à voir du tout avec ceux-ci T_T.) 

Il y aura plusieurs bénéfices à ce genre d’étude : Quand vous vous retrouverez perdu dans les rues de Tokyo, vous ne privilégierez pas un alphabet face à l’autre, mais vous traduirez par exemple, cette affiche à l’aide des deux syllabaires qui compose cette annonce (en sachant également qu’il y a une troisième forme d’écriture également utilisée, les KANJI, mais que nous n’avons pas encore vue). Ces trois types d’alphabet sont complémentaires et associés dans la vie de tous les jours comme vous démontre .

Conseil n°2 :
Pour vous donner un bon rythme, brassez dix syllabes par semaines. Vous étudierez donc 20 formes d’écriture, si vous m’avez bien compris au point précédent. Egalement, il est préférable de les étudier dans un ordre précis :

« a – i – u – e – o, ka – ki – ku – ke- ko, sa – si – su – se – so… »

Ce sera très utile lorsque arrivera la construction et traduction des phrases. Faites en une chanson et répétez-les continuellement pendant l’écriture de ceux-ci. (Prenez un cahier de feuilles quadrillées et entraînez-vous à l’écriture des caractères, un par un, en suivant l’ordre des traits (hyper important)).

Voici un bon website où l’ordre des traits est représenté et expliqué >> sur mementoslangues.fr.

Ça vous paraîtra fastidieux pendant un moment, mais se révélera plus que nécessaire lorsque vous écrirez de longs textes dans un temps court.

Voilà, j’espère que ces deux premiers conseils vous aiderons à démarrer comme je l’ai fait dans cette langue ! Mon petit cours de japonais est fini pour cette semaine, mais je reviendrais bien vite avec d’autres conseils et plein d’autres expériences à vous faire partager !

また会いましょう。 (See you soon!)

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. MangaMontreal dit :

    Merci pour cette très belle initiation au japonais. Si vous aviez un intérêt sachez que notre École de manga offre des cours de japonais et de dessin manga avec commen enseignants des japonais via skype (www.coursdemangaenligne.com). N’hésitez pas à nous contacter si vous aviez un intérêt ou besoin d’informations complémentaires! 🙂
    Merci,
    Bonne journée
    L’équipe de l’École de Manga Japonais en ligne
    http://www.coursdemangaenligne.com
    http://www.mangamontreal.com

Tu peux laisser un commentaire ici, si le coeur t'en dit °\( ^ - ^ )/°

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s